Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 16:32


Le département du 82 serait-il une véritable  « république bananière » où, dans l’ombre, se font et se défont des candidatures et des listes pour les prochaines élections régionales en particulier, en dépit de toute logique et de tout respect des citoyens de ce département qui fut créé tardivement (il a fêté ses 200 ans en 2008) en rognant sur 3 autres de ses départements voisins. Est-ce cela qui lui confère une particularité immuable perpétuée par quelques individus qui détiennent un certain pouvoir ; aujourd’hui celle qui souhaite tailler des croupières au chef départemental en brigand la région tout en étant tête de liste dans le 31. A moins que comme l’affirment certains dissidents de droite qui se rassemblent dans l’U.P.M.P., il y ait connivence entre les deux B,  Baylet - Barèges. En effet, voilà t’y pas que la députée maire de Montauban a annoncé fin décembre que la tête de liste de l’UMP sur ce département serait l’élu radical de gauche, opposant à elle au conseil municipal, Th. Deville ; celui-ci piquant ainsi la place de la tête désignée précédemment, Valérie Rabassa, maire de Montech et conseillère régionale (ex UDF, ex MODEM, et depuis un an et demi, juste après les municipales, principale activiste auprès de B. Barèges).

Th. Deville était-il déçu que son chef au P.R.G. ait préféré choisir S. Pinel, sa protégée, déjà bien aidée précédemment pour gagner l’élection législative sur la 2ème circonscription ? Lui qui avait du se contenter d’une troisième place sur la liste de gauche aux municipales et malgré les propos dithyrambiques du rédacteur en chef de la Dépêche du 82 le qualifiant régulièrement de « principal orateur de l’opposition de gauche à B. Barèges ».  C’est Claude Mouchard le tête de liste, socialiste, qui devait apprécier …  Pensez-vous ! Vous vous trompez ! C’est afin de « vouloir s’inscrire dans une démarche cohérente, de modernité et de projet » que celui-ci rejoint l’UMP et plus précisément le Parti Radical Valoisien de Borloo.

Non point par déception, voyons ! Et qu’importe qu’il fût président du Cercle radical de gauche de Montauban encore 24 heures auparavant. Ce ne sont que des broutilles. Qu’importe qu’il ne démissionne pas du Conseil Municipal, il se met maintenant au service de Brigitte B. et de la « chose publique » et empoche au passage une place à l’intercommunalité toujours refusée pour un élu de gauche depuis 2001 par Mme le maire. Que n’allez-vous donc penser il s’agit pour lui « d’une évolution et non d’une révolution »…  Et puis il ne va pas cautionner une association entre les socialistes et le Front de gauche dont le Parti Communiste; parti avec lequel il a été associé, avec le P.S. et les Verts, pour être élu à la mairie, pourtant, il n’y a même pas deux ans. Quand a la future alliance entre Malvy et le N.P.A., non ! Serait-il le seul à ne pas savoir que le N.P.A. refuse toujours toute possibilité d’alliance avec les « sociaux libéraux »?    

Bah ! Celui qui en octobre 2003 s’était fait élire comme délégué des parents d’élèves au Conseil d’administration du collège de son enfant au nom d’une association classée à gauche (FCPE pour être clair) avec qui il dénonçait les graves restrictions budgétaires pour l’Education Nationale, votées déjà par la députée Barèges à l’époque, qui n’ont fait que s’aggraver depuis !!  Puis d’être candidat PRG cinq mois plus tard, sur un canton de Montauban, face à l’ancien député-maire socialiste Roland Garrigues qui l’importa très facilement au second tour contre un candidat de droite…  

Bien sûr, soyez rassuré, aucun calcul perso de sa part. Quant à rendre des comptes aux électeurs de gauche qui l’ont fait élire conseiller municipal, ça n’est pas un problème, ça n’est pas une trahison malgré la demande expresse de sa co-élue PRG, D. Salomon, qui parle aussi d’un manque d’éthique et de respect des valeurs du radicalisme. Il demeure élu  « société civile indépendante » : s’il vous plaît ne riez pas parce que Monsieur veut faire « bouger les lignes » dixit leur soutien N. Pompigne-Mognard et « sa démarche intellectuelle est parfaitement cohérente » selon V. Rabassa !  Dans l’art du « foutage de gueule et du peuple »  on atteint des sommets dans notre beau département. Ah ! J’oubliai, B.Barèges avait traité Th. Deville de « crétin » après les dernières municipales ; elle n’avait jamais présenté d’excuses malgré les réclamations de celui-ci.

                                                                                                Philippe Debaigt

Partager cet article

Repost 0
Published by ALTERS ECHOS, le journal - dans Elections régionales
commenter cet article

commentaires

Botticellienne 20/02/2010 11:39


Une invitation sur mon blog..... Sourire...
Merci pour votre article.
Cordialement,
MD


Patrice Charles 06/01/2010 22:12


Même à gauche vous faîtes la même analyse que nous à droite. En Tarn-et-Garonne il y a une droite qui trahit, une gauche étouffée et des électeurs livrés en pâture à des carriéristes sans
convictions.


Patrice Charles 06/01/2010 21:56


Excellente analyse.