Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 15:59


Début, aujourd'hui d'une série de prises de position sur les prochaines élections régionales


Les élections régionales seront un test à l'échelon national de la volonté de réunir dans une même alliance un arc qui lie le social et l'écologique .

En 2004 dans Midi Pyrénées, nous avions expérimenté une volont é politique qui privilégiait les convergences plutôt que les divergences dans une stratégie solidaire, écologiste et altermondialiste. Si le NPA et le PC avaient choisi pour des raisons différentes de ne pas participer à cet arc politique, plusieurs de leurs militants à titre personnel avaient fait ce choix. Inédit, à l'échelle française, l'impact de ces listes de l'Alternative en Midi Pyrénées rassemblant les Verts, les Alternatifs, le Partit Occitan, des militants issus du PS, du PC, des  Motivés, des quartiers populaires, du syndicalisme ouvrier et paysan, était indéniable. 8% des voix (100 000 électeurs), et aucun élu du fait de la volonté égémonique du PS de faire passer nos représentants sous les fourches caudines d'une proportionnelle à la sauce Malvy (8 % des voix = moins de 0,5 % d'élus) ainsi que d'une solidarité de gestion type ingestion de couleuvres au menu du jour .

Depuis 2004, la situation politique a considérablement évolué  : une nouvelle présidentielle perdue par le PS, une dispersion à gauche de la gauche accentuée par la création du parti de gauche, une écologie politique divisée entre les tenants d'un réalisme qui considère le MODEM comme un allié possible et les partisans d'une radicalité prônant son arrimage au refus du capitalisme.

Au sein de l'AMP, l'absence d'ancrage national a contribué au fil des mois a étiolé le nombre de militants mais aussi à permettre certaines aventures personnelles contradictoires avec notre volonté initiale.

Ce repli sur l'Aventin a paradoxalement permis à ceux là même qui étaient les plus ardents défenseurs de notre liberté de choix des alliances, de tranquillement se positionner sur des perspectives qui étaient aux antipodes notre volonté de 2004.

Car enfin, prendre prétexte du fait que la gauche radicale, du PC au NPA en passant par le parti de gauche et les Alternatifs, voire Lutte Ouvrière ou le POI, n'arrivait pas à  s'entendre pour rejoindre une nébuleuse pseudo écologique à qui on ne demandait aucun compte ni sur son programme vis à vis de la rupture avec le libéralisme (Cohn Bendit, Hulot et consorts) ni sur sa statégie de paradigme  écologique  au bout duquel la seule issue était le ralliement ou le reniement, est un peu fort de café.

Jean Michel CLAVEL dans une lettre récente nous a, avec beaucoup de courage, démontré la réalité de cette analyse.

L'assemblée générale du 6 novembre 2009 à Toulouse a mis en lumière le doute profond au sein de l'AMP, sur la statégie à suivre. Parce que, petit à petit nous sommes devenus spectateurs plutôt qu'acteurs. Et si nous avons collectivement regretté le peu d'écho rencontré par notre demande de juin 2009 auprès des groupes politiques de l'arc rouge et vert, c'est bien parce que nous avons intériorisé la division de cet arc sans chercher à la modifier. Il est possible aujourd'hui encore d'interpeller les forces qui peuvent concrétiser cette alliance du social et de l'écologie, mais il faut aussi décider in fine dans quel camp notre volonté politique doit nous positionner dans le panorama qui se prépare pour les régionales.

Aller avec un PS plus préoccupé d'accompagnement que de rupture gestionnaire, se blottir dans un conglomérat où comme le disait une participante à l'AG du 6/11/09, la rupture avec le capitalisme n'est même pas en discussion, ou bien agir dans une gauche de gauche où les éléments sincères comme l'AMP peuvent contraindre les appareils à céder le pas à l'attente populaire. Voilà l'enjeu !

Dans la région Midi Pyrénées comme ailleurs, c'est sur un emploi durable, sur des transports collectifs performants, sur une solidarité qui élimine la précarité, sur une sauvegarde de territoires non pollués avec une agriculture anti productiviste et sur la transposition des pratiques féministes et autogestionnaires en politique que veulent se prononcer nos concitoyens.

Au sein des Alternatifs, au sein de l'AMP, au sein de la gauche rouge et verte, c'est pour ce projet que je milite. Sauf à perdre son âme, l'AMP ne peut faire un autre choix et l'adhésion à la Fédération de l'Alternative sociale et écologique serait un pas dans la bonne direction dès le 4 décembre 2009.


Jean Manuel Fullana (Gers)

Partager cet article

Repost 0
Published by ALTERS ECHOS, le journal - dans Elections régionales
commenter cet article

commentaires