Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 10:30

De peuple à peuple


Initiée par le Groupe INTERDEMOS la collecte participative de solidarité avec la Grèce vise à y financer des projets et solidarité citoyenne et à envoyer un message fort aux gouvernements et institutions européennes pour qu'ils respectent les choix du peuple grec


De peuple à peuple vise à collecter des fonds manifestant de façon spectaculaire la solidarité des peuples français et européens avec la Grèce dans un moment critique. Nous visons deux objectifs : financer les actions de solidarité sociale de terrain en Grèce qui sont fédérées par la plate-forme Solidarity4all et garantir que leur mise en œuvre ne sera pas compromise par un étranglement financier de la Grèce; créer un effet politique important en démontrant que les peuples sont plus généreux et plus inventifs que les gouvernements qui agissent pour le bénéfice des seuls rentiers. 


 La situation de la Grèce


 Le coût social et humain des politiques d'austérité qui ont été imposées à la Grèce dans le cadre de la gestion de la dette (qu'elles n'ont fait qu'augmenter) est abyssal. Quelques chiffres pour en donner l'idée : 274% d'augmentation du chômage depuis 2009, une réduction de 30% du revenu des ménages (45% pour les retraites), une augmentation immense de la pauvreté. Et cela pendant que 505 grecs (0,005% de la population) possédaient 60 milliards d'euros en 2013, 10 milliards de plus qu'en 2012. Il ne s'agit pas seulement d'emploi et de niveau de vie : le système de santé est dévasté, l'éducation et la culture sont privées de ressources vitales, le nombre de suicides a augmenté de 43% en 4 ans et le taux de dépressions a quadruplé. Six cent mille à un million d'immigrants et réfugiés en Grèce vivent des conditions de plus en plus précaires. Même si les persécutions par les néo-nazis d'Aube dorée se sont atténuées depuis l'arrestation de nombre de leurs dirigeants, les récents événements au centre de détention d'Amygdaleza montrent à quelles situations terribles les migrants doivent faire hélas, comme hélas dans d'autres pays. Depuis, la situation économique et sociale s'est encore aggravée. Mais l'espoir a repris le dessus ces derniers mois. Nous avons le devoir d'aider à ce qu'il ne soit pas brisé, à ce qu'il soit progressivement consolidé.


 La genèse du projet


 Nous avons initialement élaboré plusieurs projets séparément avant de découvrir qu'ils pouvaient se réunir en un seul. Écrivains, chercheurs, professeurs, documentaristes et activistes, nous sommes des citoyens indépendants tous engagés dans des actions de terrain dans l'éducation populaire, les pratiques culturelles, l'innovation sur la base du partage en communs de tout ce qui contribue au développement humain et aux capacités d'action démocratique de chacun.


 Un partenariat franco-grec


 Solidarity4all est la principale structure qui finance et fédère en Grèce les projets d'action de solidarité de terrain. C'est le Support to the Solidarity Structures Fund, association de financement de Solidarity4all qui recevra le produit de notre collecte. Nous avons noué pour ce projet une collaboration qui se poursuivra pendant la mise en place et la réalisation des projets. Nous devons cependant être modestes sur le rôle qu'Interdemos, même renforcé par de nouveaux arrivants, peut jouer dans la suite : nous sommes et serons garants de ce que les projets sélectionnés correspondront effectivement aux axes annoncés et de la bonne gestion des fonds; nous utiliserons nos nombreux contacts en Grèce pour suggérer de nouvelles pistes ou axes de développement et de partenariat. Voir ci-dessous « à quoi servira la collecte ? » Le rôle d'INTERDEMOS est avant tout de collecter en France des ressources que Solidarity4all ne peut pas y obtenir sans une implication de la société civile française.


 

Quels projets seront financés ?


 Les fonds collectés seront intégralement utilisés pour des actions de solidarité sociale en Grèce (déduction faite des frais de collecte retenus par KissKissBankBank et de coûts minimes liés à certaines contreparties). Ils seront transmis en totalité au Support to the Solidarity Structures Fund association de financement d'actions de solidarité en Grèce. La distribution des fonds sera gérée par notre partenaire grec Solidarity4All qui fédère des initiatives citoyennes de terrain dans tous les domaines de la solidarité sociale : cuisines sociales, épiceries sociales, cabinets médicaux et pharmacies sociaux, cours privés sociaux, lieux alternatifs de loisir et de culture, soutien juridique, soutien aux immigrés. Solidarity4All ne conduit pas directement ces initiatives, mais les met en rapport les uns avec les autres, les aide par tous moyens à se développer et à passer à l'échelle supérieure. Il s'est produit depuis la création de Solidarity4all fin 2012 une véritable explosion des structures de solidarité en Grèce. Cette explosion est due à l'ampleur de la crise mais surtout de nombre de citoyens d'y faire face avec courage et générosité. Mais Solidarity4all a joué un rôle important d'accompagnement, dans un contexte d'espoir croissant. Il y a un foisonnement de projets solidaires dans les domaines de l'éducation, de la culture, du logement, de l'aide juridique, du surendettement ou du soutien aux immigrants. Malgré l'ensemble de ces initiatives, les besoins aujourd'hui sont loin d'être couverts et la répartition géographique reste inégale, la région d'Athènes ayant une couverture plus dense. Les moyens supplémentaires fournis par De peuple à peuple serviront à la fois à renforcer les structures existantes, à en créer de nouvelles et à explorer de nouveaux axes de développement. Deux scénarios sont présentés pour leur usage dans la section suivante « À quoi servira la collecte ».


 Quelles garanties de bonne gestion ?


 Nous avons vérifié que l'objet social défini dans les statuts du Support to the Solidarity Structures Fund et le fonctionnement indépendant de Solidarity4all garantissait que les fonds soient exclusivement utilisés pour le financement d'actions de solidarité sociale, à l'exclusion de tout financement de partis politiques, y compris pour Syriza dont les députés ont financé le fonds à hauteur de 20% de leurs indemnités. Le Support to the Solidarity Structures Fund est en train de modifier son bureau pour s'adapter à la situation où plusieurs de leurs responsables sont devenus ministres, de façon à éviter tout conflit d'intérêt. Ainsi sa présidente Theano Fotiou est devenue Alternate Minister for Social Solidarity. D'ores et déjà, les membres devenus ministres ne participent plus aux décisions. Nous avons obtenu une garantie de transparence des flux financiers transitant par le fonds, de façon à ce que leur affectation à Solidarity4all et par son entremise aux projets de terrain puisse être auditée. Avant le transfert des fonds, nous signerons une convention avec Solidarity4all définissant le cadre d'usage des fonds (en fonction des sommes collectées et de la situation générale du pays à ce moment) et les rapports sur cet usage qui seront produits.


A quoi servira la collecte ?


Pour l'objectif de collecte : les 300 000 € constituant l'objectif minimal de financement seront utilisés sur une période de deux ans pour renforcer les actions existantes de Solidarity4all en multipliant les structures soutenues, en accompagnant leur développement, en travaillant à une meilleur couverture géographique de l'ensemble du pays en fonction des besoins et en ouvrant de nouvelles perspectives, dans des domaines encore peu développés. Les projets financés seront sélectionnés au fur et à mesure sur une période de deux ans. Ils ne sont pas prédéfinis puisqu'il s’agit de susciter et d'accompagner des initiatives de terrain et de les aider à monter en puissance. Parmi les thèmes encore peu développés jusqu'ici : les questions de crédit (prêts entre particulier sur lesquels KissKissbankbank a une expérience précieuse), de logement et d'aide aux personnes âgées sont importantes. Les questions de santé resteront au premier plan car la destruction du système de santé exerce des effets cumulatifs et durables, même si l'espoir retrouvé contribue à les dépasser.


 Au-delà de l'objectif affiché:si un mouvement de solidarité véritable s'enclenche (et cela dépend de chacun de vous), il sera possible de récolter bien plus que l'objectif affiché. Nous présentons ci-dessous deux scénarios en fonction de l'évolution de la situation qui dépend de l'attitude de certains États européens (Allemagne, France et particulier), de la BCE et de la Commission européenne.


Scénario 1 : acharnement dans l'étranglement de la Grèce. Même si cela paraît absurde, on ne peut pas à l'heure où nous écrivons ces lignes écarter l'hypothèse où quelques grands États européens, la BCE et la Commission européenne persisteraient dans la politique d'étranglement financier de la Grèce pour y casser la volonté politique démocratique ou la forcer à quitter l'euro et l'Union européenne. Ce serait une tragédie historique et nous espérons qu'elle pourra être évitée. Mais nos responsabilités de solidarité seraient encore plus fortes si elle devait se produire. Dans un tel scénario, les fonds supplémentaires collectés devraient être utilisés dans le même champ d'action que celui actuellement couvert par Solidarity4all et les structures qu'ils soutiennent, mais avec un passage à l'échelle encore accru. Ce sera un défi d'organisation, mais aussi une véritable urgence humanitaire. Représentez-vous bien qu'une même un million d'euros, ce n'est que 0,1 € par habitant. Et n'oubliez pas que dans leur délire comptable, les rentiers de la dette l'estiment à 277 milliards d'euros, c'est à dire 30 000 € par habitant.


 Scénario 2 : une bouffée d'oxygène. Dans ce qui est le seul scénario raisonnable, une partie significative de la dette sera annulée et des aménagements trouvés pour le reste. Or même dans ce cas s'ouvrira une longue période de reconstruction. L'endettement des ménages est aussi très important, à la fois parce qu'il a été encouragé par des politiques antérieures et parce qu'il a fallu s'endetter pour survivre. Dans ce scénario, nous proposons que les premiers 200 000 € additionnels continuent à être utilisés dans le même périmètre, mais en mobilisant de nouveaux acteurs qui seront recherchés par Solidarity4all avec des suggestions d'INTERDEMOS. Les 300 000 € suivants (au-delà de 500 000 €) seraient utilisés pour mettre en place de nouveaux mécanismes de crédit décentralisé et d'autres formes d'action permettant de soulager la dette des ménages les plus défavorisés. Il s'agit de rendre ceux-ci à nouveau autonomes, de les sortir de l'esclavage de la dette que Solo a aboli en 594 avant J.C. lors de la fondation de la démocratie athénienne (cf. notre deuxième contrepartie). Ils seraient également utilisés pour la réflexion collective sur le devenir des structures de solidarité lorsque la crise s'atténuera et la mise en place de mécanismes pour les y préparer.  L'expérience argentine, où il y avait eu une prolifération d'initiatives mais qui ont largement disparu lors de la reprise économique, montre qu'il y a besoin de préparer l'établissement d'une synergie entre des services publics reconstruits (même si cette perspective n'est pas à court terme) et des actions sociétales qui ont des qualités propres en matière de développement des capacités de chacun. Enfin, si la collecte atteignait un million d'euros, des actions particulières en matière d'éducation populaire, de pratiques culturelles et artistiques et d'encouragement au débat démocratique seront conduites dans le cadre de cette dernière tranche de 200 000 €. Enfin, nous vous rappelons que plus son montant sera important, plus notre collecte enverra un message fort à tous les citoyens de France et d'Europe, ainsi qu'aux gouvernements, en augmentant les chances que ce soit le scénario 2 qui se développe. Nous porterons ce message dans tous les médias classiques ou numériques et nous comptons sur vous pour faire de même.


INTERDEMOS : Sophie Wahnich, Laure Vermeersch, Marie Cosnay, Balthazar Clamoux, Nathalie Chouchan, Philippe Aigrain


http://www.kisskissbankbank.com/projects/de-peuple-a-peuple/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ALTERS ECHOS, le journal
commenter cet article

commentaires