Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 22:37


Le 17 janvier j'ai pronostiqué sur cette liste les résultats de l'élection non en lisant dans le marc de café mais en étudiant la réalité, ce qui est beaucoup plus utile. Aujourd'hui, nous en savons un peu plus sur les listes en présence.

En commençant par l'extrême droite nous savons à présent que le FN a confirmé la candidature de Louis Aliot, bras droit de Marine Le Pen, ce qui prouve la victoire de Marine dans son parti en grande difficulté. J'ai étudié le cas de Louis Aliot en 2007 dans un article que vous retrouverez sur le net en tapant « Louis Aliot, Kinocks, Jean-Paul Damaggio » car cet élu, tout en étant conseiller régional Midi-Pyrénées est conseiller municipal à Perpignan, et secrétaire général du FN ! Pour faire vite : il prône un FN à la sauce Mégret mais surtout sans Mégret.

Pour la droite, c'est aussi un Toulousain qui va conduire la liste avec le retour de Dominique Baudis en cheval de bataille contre Juppé. Avec la proportionnelle, Baudis est sûr de retrouver un poste paisible au Parlement européen, ce qui lui laissera du temps pour réorganiser la droite en Midi-Pyrénées. Je le vois mal, pour des questions d'âge, tenter un retour à la mairie de Toulouse mais sa seule présence va donner des frissons à La Dépêche du Midi.

Pour conduire la liste socialiste, pas de problème le même Toulousain reste en piste : Kader Arif tandis que quelques déçus se font remarquer de l'Ariège à Bergerac où Béatrice Patrie va devoir reprendre ses activités professionnelles ayant à présent un simple mandat d'adjoint au maire de cette ville. Je reconnais cependant que la validation des candidatures par les militants est un acte intéressant qui, tout en suscitant des polémiques, permet à chacun de voir où en est le parti. Beaucoup ont pensé que la bagarre entre H. Clinton et B. Obama desservait les démocrates, en fait elle a permis au contraire de les mobiliser. Je ne dis pas que le PS est mobilisé mais que tous les partis vont devoir s'incliner : le vote des militants devient de plus en plus incontournable.


Côté MoDem, comment Bayrou, dans sa région, va-t-il pouvoir assurer un bon score à sa liste ? Pour ce parti l'élection est décisive : après les défaites aux législatives et aux municipales, c'est la dernière élection où le MoDem peut espérer faire bonne figure. Prendra-t-il des voix à Baudis et au PS ?


Passons à l'essentiel de ce qui nous occupe : l'alternative à gauche issue du Non au TCE. La liste des Verts avec Bové veut occuper une position à gauche pendant que Cohn-Bendit et ses idées néo-libérales occupent, plus que quiconque de son pôle écologiste, les médias.

Nous avons à présent la confirmation, évoquée dès le 17 janvier, que Jean-Luc Mélenchon conduit le Front de Gauche. Il serait grave de sous-estimer l'impact que représente la création de son parti de gauche qui, dans notre région, va se sentir des ailes. Jean-Luc Mélenchon sera présent dans un meeting important à Castelsarrasin dès le 2 avril. Pas besoin d'un sondage pour savoir qu'il y aura beaucoup de monde. Mais là aussi, je me souviens des meetings Bové : il y avait beaucoup de monde, ce qui n'a pas signifié beaucoup de voix (même si je considère, comme le 17 janvier, que Bové sera élu député européen).

Côté NPA, pour des raisons sans doute d'équilibre hommes/femmes, Raoul-Marc Jennar est envoyé dans le Sud-Est pendant que Myriam Martin, encore une Toulousaine, devient la candidate pour le Sud-Ouest. Le fait cependant demeure : le NPA a joué la carte de l'ouverture relative en présentant Jennar (relative car il est membre du NPA même s'il est un nouveau membre). D'ailleurs, aussi bien Front de Gauche que NPA se sont montrés prêts à accorder une place de tête de liste aux Alternatifs, preuve que ce parti aurait pu faire l'unité... autour de lui. Mais laissons la plaisanterie : l'unité NPA et PCF n'était pas possible et ne sera pas possible pour longtemps car pour les deux partis, la question des alliances est essentielle, or pour le NPA il faut une entière autonomie vis à vis du PS, alors que pour le PCF il faut rester dans l'ombre du PS (les minoritaires de chaque camp ne peuvent faire oublier, en bonne démocratie, la place des majoritaires). Le PG devra clarifier ce point d'ici la fin de l'année ! Myriam Martin peut-elle espérer devancer Bové et Mélenchon ? Ce n'est pas à exclure. Les sondages indiquent une hésitation entre l'électorat Modem et Verts (avec Modem en tête), et une hésitation entre l'électorat NPA et Front de Gauche (avec NPA en tête). Donc entre J-L Mélenchon et M. Martin le score risque d'être serré et vu la proportionnelle sur 10 places, l'élu sera celui en tête des deux. Je pensais l'élection de Mélenchon probable mais les sondages disent le contraire. Il est évident qu'aux Européennes, vu la faible participation (ça c'est sûr par contre), la marge d'erreur est plus grande.


Comme il y aura d'autres listes comme celle de LO ou du POI les électeurs auront le choix. Et je ne dis rien de l'alliance entre De Villiers et les Chasseurs, De Villiers étant le roi des alliances de circonstance aux européennes pour tenter de faire survivre son petit parti.

                                          15-03-2009 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by ALTERS ECHOS, le journal - dans Elections européennes
commenter cet article

commentaires