Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 18:00

Nombreux responsables de la crise financière continuent de dormir tranquille sans se soucier du lendemain. Chez d'autres, c'est la déroute totale, la débandade désorganisée, un état second dans lequel ils sont plongés. Leurs sorts, c'est bien le moindre de nos soucis!

Et quand on constate que les états viennent au secours du privé pour éviter les banqueroutes, il y a de quoi être enragé.

In fine, toujours le citoyen qui paye et participe, pour renflouer les forfaitures du monde capitaliste financier.  

Les temps actuels difficiles, vont se durcir à travers cette grave crise financière, qui était malheureusement prévisible. C'est la fuite en avant dans la facilité d'entreprendre inconsidérément, dans l'exploitation sans fin du système financier, dans la démesure du toujours plus ; c'est la facilité du joker légalisé avec les paradis fiscaux(certains à nos portes) ; c'est le profit rapide à n'importe quel prix sans se soucier des conséquences sociales et humaines. Quoi de plus facile et tentant que de jouer au "monopoly truqué" grandeur nature !

Le capitalisme financier, les spéculateurs, les charognards cyniques, une fois de plus s'en sont donné à coeur joie.

En avant toute, on profite au détriment du plus grand nombre, sans ce soucier une seule seconde que par ces comportements irrationnels, dévastateurs, des conséquences dramatiques touchent socialement et économiquement une multitude de personnes dans le monde. Nous le constatons inexorablement, un monde sans scrupules, sans état d'âme, sans pitié !

Et tout ceci avec la complicité, depuis toujours, des milieux financiers, bancaires, politiques et économiques, où les régulations nécessaires et les contrôles assidus des divers systèmes financiers ne sont pas les règles basiques essentielles prises en compte depuis que les politiques néolibérales sont appliquées impudemment dans les pays industrialisés et de façon plus dramatique encore dans tous les pays dits émergents : ceux du Sud.

Ce n'est guère réjouissant ! Arriverons nous à établir le sursaut citoyen pour qu'un jour peut être nous puissions influencer le cours des événements ?

Dans ce monde individualiste, souvent égoïste, où tout est compétition, de nombreuses personnes sont démotivées, prisonnières d'un système économique dévastateur. Elles sont aussi, malheureusement, souvent indifférentes, dépolitisées par une société consumériste à outrance. Nous ne pouvons pas aujourd'hui être optimiste pour que dans un avenir proche s'établisse un monde plus juste, démocratiquement citoyen, humain et solidaire. Un monde qui doit avant tout pour avancer et continuer sereinement, penser à sauvegarder écologiquement la planète terre. Vaste défi et programme qui est un tout.

Heureusement une prise de conscience alter mondialiste existe, pour la diffusion de l'information et la compréhension des enjeux. Des mouvements oeuvrent pour l'éducation populaire. C'est un difficile challenge. Car le plus grand nombre de femmes et d'hommes lutte tous les jours pour assurer le présent et l'avenir, tout simplement, pour VIVRE décemment, dans une société aux repères décadents et inégalitaire au possible. Mais ce challenge est mené avec détermination par Attac, et bien d'autres associations. Malgré de nombreuses informations vulgarisées, de multiples avis et idées échangés entre personnes, à travers divers débats, malgré une présence sur le terrain, il faut bien convenir que dans cette société médiatisée et surinformée, (mais trop souvent mal informée intentionnellement, pour ne pas dire orientée, manipulée par les nombreux médias !) , se pose l'éternelle interrogation : « comment se rapprocher et informer judicieusement le plus grand nombre de citoyenn-e-s qui souvent sont éloignés de ces associations, pris par leurs préoccupations quotidiennes » ?

                                                                                                               Françis Melou


Partager cet article

Repost 0
Published by ALTERS ECHOS, le journal - dans Economie
commenter cet article

commentaires